Publié par francismetivier

Rap'n philo, Le Passeur, 2014.

4e de couverture :

"Le rap... Des textes qui se déploient et des rythmes qui creusent. Les textes de rap sont des langues qui se délient... Il y a Brassens, Ferré, Noir Désir. Et le rap. Tous ceux-là écrivent de longs textes et cette longueur est un signe. Le signe d'un grand abcès qui n'en finit pas de se vider. Depuis plusieurs années, «depuis que le rock n'a plus de couilles», comme le dit Youssoupha, depuis que «les rockeurs cassent plus les guitares», comme le dit Orelsan, le rap est ce qui produit en France les textes les plus brillants, les plus choquants, les plus porteurs de sens. Pas de petite histoire futile qui nous parle des soirées entre amis de la semaine ou des plans ratés du célibataire mythique. Pas de paroles qui ne déchirent rien sur des musiques qui ramollissent tout. Non, le rap est tout le contraire. C'est de la violence et du jugement. Du pouvoir et de la radicalité. Et dans le style, plus qu'une rhétorique, le rap est une philosophie du clash, une dialectique de la punchline. Les beats... Ils ne sont pas répétitifs. Non, ils ramonent, ils laminent, ils érodent, ils insistent et ils cavent."

Article dans "Le rap en France"

Article dans le site "Les Inrocks"

Emission "Le Mouv'"

Emission "Le Mouv'"

Site Académie de Nantes

Rap'n philo

Commenter cet article